logo

World Press Photo 2017: Rhino wars

Rhino Wars

Nature, first prize stories

by Brent Stirton

May 20, 2016

A black rhino bull is seen dead, poached for its horns less than 8 hours earlier at Hluhluwe Umfolozi Game Reserve, South Africa. It is suspected that the killers came from a local community approximately 5 kilometers away, entering the park illegally, shooting the rhino at a water hole with a high-powered, silenced hunting rifle. An autopsy and postmortem carried out by members of the KZN Ezemvelo ranger team later revealed that the large caliber bullet went straight through this rhino, causing massive tissue damage. It was noted that he did not die immediately, but ran a short distance, fell to his knees and a coup de grâce shot was administered to the head from close range.

Black rhino are one of the most endangered rhino species. HluHluwe Umfolozi is one of the last repositories for these animals, with less than 3,000 left in the wild today.

Inside Kruger National Park, the largest rhinoceros reserve in the world, along the border of Mozambique and South Africa, there exists a battle between poachers and small NGOs trying to protect this rare species. After crossing the border into Mozambique, the life expectancy for a rhinoceros is 24 hours. It is an environmental crisis, caused by Asia’s upper class hunger for the horn, which is worth more than gold.

The horn is part of an ancient Asian medical system and today is seen as a cure for everything from cancer to kidney stones. Essentially keratin, a mild alkaline substance identical to fingernails, the horn is ground down and then ingested by the sick and the wealthy of Vietnam and China, The imbiber hopes for a miracle cure, but science has shown that it has a placebo effect at best.

In South Africa, with so-called “Rhino Ranches”, such as that of millionaire John Hume who owns 1,500 rhinoceroses worth over $50 million in horn, the job of protecting the rhinoceros is increasingly dangerous and politicized. It is painted as a “white issue” in South Africa and often framed in apartheid terminology, a convenient methodology for poachers and their handlers.

Commissioned by

Getty Images for National Geographic Magazine

 

Un rhinocéros noir est découvert mort,braconné pour ses cornes moins de 8 heures plus tôt à Hluhluwe Umfolozi Game Reserve, Afrique du Sud. On soupçonne que les tueurs venaient d’une communauté locale à environ 5 kilomètres, entrant illégalement dans le parc, tirant le rhinocéros dans un trou d’eau avec un fusil de chasse silencieux et puissant. Une autopsie menée par des membres de l’équipe du ranger KZN Ezemvelo a révélé plus tard que la balle de grand calibre est allée directement à travers ce rhinocéros, causant des dommages tissulaires massifs. Il a été noté qu’il n’est pas mort immédiatement, mais a couru une courte distance, est tombé à genoux et un coup de grâce a été administré à la tête de près.

Le rhinocéros noir est l’une des espèces de rhinocéros les plus menacées. HluHluwe Umfolozi est l’un des derniers dépôts pour ces animaux, avec moins de 3000 laissés dans la nature aujourd’hui.

À l’intérieur du parc national Kruger, la plus grande réserve de rhinocéros au monde, le long de la frontière du Mozambique et de l’Afrique du Sud, il existe une bataille entre les braconniers et les petites ONG qui tentent de protéger cette espèce rare. Après avoir traversé la frontière au Mozambique, l’espérance de vie d’un rhinocéros est de 24 heures. C’est une crise environnementale, causée par la faim de la classe supérieure asiatique pour la corne, qui vaut plus que l’or.

La corne fait partie d’un ancien système médical asiatique et est aujourd’hui considérée comme un remède pour tout, du cancer aux calculs rénaux. Essentiellement la kératine, une substance alcaline douce identique aux ongles, la corne est écrasée puis ingérée par les malades et les riches du Vietnam et de la Chine, en espérant une cure miracle, mais la science a montré qu’il a un effet placebo au mieux .

En Afrique du Sud, avec les «ranchs de rhinocéros», comme celui du milliardaire John Hume, propriétaire de 1500 rhinocéros de plus de 50 millions de dollars en corne, le travail de protection du rhinocéros est de plus en plus dangereux et politisé. Il est peint comme une «question blanche» en Afrique du Sud et souvent encadrée dans la terminologie de l’apartheid, une méthode pratique pour les braconniers et leurs manipulateurs.

  • Share

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *